La Forest-Landerneau, réunion publique contre la centrale, un public nombreux et concerné

14 avril 2011

Vendredi 8 avril, près de 180 personnes ont répondu présentes à la réunion publique d’information sur le projet de centrale au gaz, organisée par l’association La Forest-Landerneau doit dire non à la centrale en partenariat avec le collectif GASPARE. L’Etat et le Conseil Régional demandent à ce que cette centrale soit construite dans la région de Brest mais le choix du site définitif sera laissé au futur opérateur. Le site de Lanvian sur Guipavas et Saint-Divy, propriété du Syndicat Mixte de Brest Iroise (composé du Conseil Régional, du Conseil Général, de Brest Métropole Océane et de la CCI), fait donc partie des sites d’implantation hautement probables.

Cette réunion a permis de souligner l’absence d’une véritable concertation de la part des pouvoirs publics sur ce dossier. Les participants ont pu apprendre, entre autres, qu’un classement du site en zone SEVESO imposera ainsi aux habitants des communes avoisinantes des travaux de renforcement de leur habitation, à leur charge, mais aussi des expropriations des riverains les plus proches de la centrale… que les vapeurs d’eau dégagées par la centrale sont bien loin d’être inoffensives comme beaucoup de gens le croient encore. Ces vapeurs sont chargées de dioxydes de souffre et d’azote, générateurs de pluies acides, et d’une concentration en particules fines que, jusqu’à présent, seules les villes les plus peuplées et les zones les plus industrialisées de France avaient à subir. Ces mêmes particules fines, qui alarment aujourd’hui les professionnels de la santé pour leur dangerosité (recrudescence des cancers, asthmes …). Enfin, la nécessité d’une augmentation de la production d’énergie, afin de remédier au fameux black out potentiel, est très loin d’être avérée. La France produit plus d’électricité qu’elle n’en consomme et ce sont aujourd’hui plus de 10 centrales de type CCG qui vont voir le jour,  sans compter celle prévue en région brestoise et la vingtaine d’autres que les industriels prévoient d’installer d’ici 2020. Cette dizaine de centrales répondrait largement aux projections de consommation les plus pessimistes, omettant les efforts prévus en termes d’efficacité énergétique.

De nombreuses questions ont été posées : Pourquoi une centrale de plus, au rendement énergétique faible (50% contre 90% pour les chauffages au gaz individuels), fonctionnant avec une source d’énergie fossile, donc limitée et coûteuse, et génératrice de pollution ? Pourquoi ne pas engager les 800 millions d’euros que vont coûter cette centrale dans le développement d’énergies propres, non délocalisables et sources de nombreux emplois ? Cette réunion d ‘échanges a amené les participants à conclure, qu’encore une fois, les intérêts financiers priment sur les intérêts sociaux et environnementaux.

L‘association forestoise peut compter désormais sur de nombreux adhérents supplémentaires et ce sont plus d’une centaine d’autocollants « non à la centrale » qui vont fleurir prochainement sur les pare-brises des voitures.

Une autre réunion d’information  est prévue le 06 mai à St-Thonan et un grand rassemblement sera organisé le dimanche 5 juin lors de la journée mondiale de l’environnement, avec des randonnées piétonnes partant de chaque commune concernée jusqu’au site de Lanvian.

Comments are closed.

Recherche

Liens