Communiqué non diffusé dans les médias

25 avril 2018

CCCG de Landivisiau : un manque à gagner pour Direct Énergie ?

Le Collectif GASPARE a été reçu au ministère de l’Écologie vendredi 6 avril à propos du projet de centrale thermique à gaz – CCCG – à Landivisiau par Mr Ploquin (1), des représentants de RTE (2), de la DGEC (3) et un conseiller parlementaire.

Au cours de la rencontre, le Collectif a souhaité connaître le nombre estimé d’heures « d’insécurité électrique » en Bretagne. L’État et RTE n’ont apporté à cela aucune réponse.

Persistant, GASPARE a alors mis en parallèle le nombre d’heures de fonctionnement que doit atteindre une CCCG pour accéder à la rentabilité (entre 3 000 et 6 000 heures/an) et le nombre d’heures de fonctionnement des TACS (4) de Brennilis et de Dirinon qui n’atteint pas plus d’une centaine d’heures par an pour pallier aux pointes de consommation hivernale. Le Collectif a mis en avant la consommation électrique bretonne qui stagne, le projet de la ligne d’interconnexion entre la Bretagne et l’Irlande à échéance 2025 (5). Le Bilan Prévisionnel 2017 de RTE indique une moyenne de 2 600 h/an en 2022. Or dans le rapport de la Commission européenne, Direct Énergie, dans son plan d’affaires, table sur un taux de rendement interne (‘TRI’) après impôt de [5-10] %. Cette rentabilité prend pour principales hypothèses : un volume horaire d’utilisation d’environ [3 000-6 500] heures par an.

Autant de faits, parmi d’autres, qui ont amené la question : pourquoi construire une CCCG non rentable pour l’opérateur et qui donc, très rapidement, serait mise sous cocon ? Monsieur Ploquin a alors étonnamment répondu que ce n’était pas le problème de l’État et que l’opérateur se devra d’assumer.

(1) : Mr PLOQUIN, conseiller en charge de l’Energie auprès du Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire,

(2) : Réseau de Transport de l’Electricité

(3) : Direction Générale de l’Energie et du Climat

(4) : Turbine A Combustion, outil de soutien du réseau lors des périodes de pointe ou d’extrême pointe de consommation d’électricité. Ces outils fonctionnent désormais moins de 200 heures par an en Bretagne.

(5) : « Celtic Interconnector » qui doit relier l’Irlande à la Bretagne, projet d’intérêt commun prévu pour améliorer les échanges entre le continent européen et les Iles Britanniques.

Comments are closed.

Recherche

Liens