Les énergies vertes de plus en plus compétitives

26 janvier 2017

Le coût de production de l’électricité éolienne s’établit entre 57 et 91 euros par mégawattheure. - Shutterstock

L’Ademe présente ce mercredi une étude inédite sur les coûts des énergies renouvelables en France. L’éolien terrestre rivalise désormais avec les centrales à gaz.

C’est une petite musique que l’on entend de plus en plus, mais l’Ademe a souhaité l’illustrer par des chiffres objectifs et comparables entre eux : les énergies renouvelables sont de plus en plus compétitives dans l’Hexagone, aussi bien pour la production électrique que pour la production de chaleur.

« Les progrès technologiques et l’industrialisation ont amené les filières les plus matures à des niveaux compétitifs par rapport aux moyens de production conventionnels », souligne David Marchal, directeur adjoint Productions et Energies Durables à l’Ademe. Et pour plusieurs d’entre elles, la chute des coûts va se poursuivre dans les années à venir : entre 10 et 15 % pour les éoliennes standards, et jusqu’à 35 % pour le solaire photovoltaïque, d’ici à 2025.

L’éolien terrestre le plus compétitif

L’Ademe a ainsi établi des fourchettes de coûts théoriques représentant des conditions extrêmes, en termes de ressources (vent, soleil) et de coût de financement – avec en plus foncé sur le graphique ci-contre, les configurations les plus probables. Il s’agit par ailleurs de coûts complets, intégrant l’investissement et l’exploitation des installations sur toute leur durée de vie.

Parmi les énergies électriques, l’éolien terrestre est l’énergie verte la plus compétitive. La nouvelle génération de machines, plus grandes et plus productives, permettent de produire à un coût compris entre 57 et 79 euros par Mégawattheure (MWh), tandis que celui des éoliennes standard s’établit de 61 à 91 euros/MWh. A titre de comparaison, l’Ademe rappelle que les coûts de production d’une nouvelle centrale à gaz (cycle combiné) s’échelonnent entre 47 et 124 euros/MWh.

Soutien public nécessaire

De même le solaire photovoltaïque affiche des coûts compris entre 74 et 135 euros/MWh pour les centrales au sol. mais peut monter de 181 à 326 euros/MWh pour les panneaux installés en toitures. A comparer dans ce cas au prix de l’électricité pour les particuliers, 155 euros/MWh.

Pour le chauffage la compétitivité est encore plus flagrante, avec un coût du bois-énergie compris entre 48 et 103 euros/MWh, à comparer avec 84 euros pour le chauffage au gaz et 153 euros pour le chauffage électrique, selon l’Ademe. Les pompes à chaleur à l’air ou à l’eau, ou encore la géothermie, ont aussi gagné en compétitivité.

L’Ademe souligne toutefois que, malgré ces progrès, la plupart des énergies renouvelables ont encore besoin d’un soutien public. « Pour l’électricité, ces coûts se comparent aux prix de marché de l’électricité, qui reflètent les coûts de moyens de production déjà amortis et sont relativement faibles en France », rappelle David Marchal. Pour le chauffage, le soutien (via des crédits d’impôts ou le fonds chaleur de l’Ademe) vise plutôt à débloquer les réticences face à l’investissement nécessaire, parfois élevé. « Ce soutien est important pour atteindre les objectifs de la loi sur la transition énergétique », insiste David Marchal. Les énergies renouvelables doivent représenter 32 % de la consommation finale d’énergie en 2032, contre 14,6 % aujourd’hui, selon l’Ademe.

EOLIEN EN MER : UN COÛT EN BAISSE DE 30 % EN QUATRE ANS

Le coût de production de l’électricité générée par les éoliennes en mer au Royaume-Uni est tombé à 97 livres sterling (112,80 euros) en moyenne en 2015-2016, selon un rapport publié par le Offshore Wind Programme Board, une entité britannique réunissant industriels et représentants des pouvoirs publics. Ce chiffre représente une chute spectaculaire de 30 % en quatre ans, qui place l’industrie britannique de l’éolien offshore en avance de quatre ans sur l’objectif qu’elle s’était fixé, de passer la barre des 100 livres en 2020. L’éolien en mer a battu tous ses records en termes d’installation l’an dernier, avec 30 milliards de dollars investis dans le monde, soit 40 % de plus qu’en 2015.

Anne Feitz

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0211725615873-les-energies-vertes-de-plus-en-plus-competitives-2059954.php#4t0My7Bgd650tYFM.99

Comments are closed.

Recherche

Liens