Le Collectif GASPARE s’interroge sur les chiffres lancés en pâture…

17 novembre 2016

Le Collectif GASPARE s’interroge sur les chiffres lancés en pâture, sans citer les
sources,  dans  l’article  du  Télégramme  paru  le  12  novembre  2016  intitulé :  «
Electricité. La Bretagne sous tension. ».  

Nous  ne  comprenons  pas  que  l’on  puisse  avancer  des  chiffres  sans  citer  les  sources.  En  effet,
GASPARE a toujours donné des liens et des sources pour justifier les valeurs. Pour exemple, dans
le dossier de saisine présenté à la C.N.D.P, nous avons explicité le black-out vécu en Bretagne le
12 janvier 1987 (cf. pages 11 à 15 du dossier complémentaire de la saisine de la CNDP)
http://www.nonalacentrale.fr/wp-content/uploads/2011/08/Dossier-saisine-CNDP-Gaspare_11-08-
2011.pdf

Il y est notamment question d’un délestage de 1 500 MW sur la Bretagne (l’équivalent de 3 à 4
centrales à cycle combiné gaz – CCCG -), suite à une panne des réacteurs nucléaires 1 et 2 de St
Laurent-des-Eaux,  puis  d’une  panne  des  groupes  secours,  puis  d’une  panne  des  groupes  de
Cordemais… Au total, il manquait environ 8 000 MW au niveau national, et donc l’équivalent de 16
CCCG.

Nous  avons,  par  ailleurs,  dans  notre  Scénario  alternatif  électrique  breton  étudié  et  démontré  la
possibilité de fermer 50% des réacteurs de la région électrique du Grand Ouest (19 départements)
sans pour autant avoir besoin d’une nouvelle CCCG (celle de Landivisiau…)
http://www.nonalacentrale.fr/?p=6989

En ce qui concerne les futures craintes de black-out annoncées dans les médias nationaux, il s’agit
d’un  problème  générique  de  conception  de  10  réacteurs  nucléaires  ainsi  que  d’un  problème  de
refroidissement d’une dizaine de réacteurs nucléaires dans la vallée du Rhône durant l’été. Ce qui
nous amène à une vingtaine de réacteurs déficients potentiels, sans parler des réacteurs usés.
http://www.lejdd.fr/Economie/Le-president-de-l-Autorite-de-surete-nucleaire-On-peut-craindre-la-
panne-de-dix-reacteurs-628994

http://www.enerzine.com/2/18163+fissures-de-cuves-de-reacteurs-nucleaires—un-probleme-
mondial+.html

Il ne s’agit plus d’un ajustement circonstanciel de quelques centaines de MW, mais bel et bien d’un
problème structurel national que la PPE 2016 (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie) n’a pas
voulu aborder franchement en questionnant tout simplement sur l’avenir du parc nucléaire français.
Si le parc nucléaire actuel est vulnérable pour une trentaine de réacteurs, alors soit nous devons
changer de politique énergétique de façon beaucoup plus rapide, soit nous devrions envisager « une
roue  de  secours »  d’environ  60  CCCG  non  rentables,  et  non  pas  une  par-ci  une  par-là,  ce  qui
grèverait gravement notre budget déjà bien endetté.

Comments are closed.

Recherche

Liens