En réponse à Monsieur le Préfet de Bretagne…

3 juin 2013

En réponse aux propos du Préfet de Bretagne publiés le samedi 1er juin dans Le Télégramme (*)

GASPARE qui s’oppose depuis deux ans et demi à l’implantation d’une centrale à cycle combiné gaz en Bretagne – CCCG – prend note que Monsieur le Préfet de Bretagne considère légitime le Collectif et donc son Scénario électrique alternatif breton 2011-2025.

Cette légitimité nous autorise à rectifier les aspects techniques avancés par Monsieur le Préfet, et ce d’autant plus qu’en ce qui concerne l’énergie hydrolienne le scénario s’appuie sur des données d’État difficilement négligeables :

Non seulement, sachant que la Bretagne dispose du second gisement français et accueille les premiers projets préindustriels, le scénario GASPARE a pris en compte 150 MW d’énergie hydrolienne en 2020, et non en 2017, soit l’équivalent de la moitié du potentiel avancé comme hypothèse par RTE pour la France en 2020 (**).

De plus, ce calendrier vient d’être reconfirmé dans un rapport ministériel de mars 2013 (***) qui ne remet pas en cause l’échéance de 2020 et propose au gouvernement de baser ses projections sur un déploiement industriel de l’hydrolien dés 2017-2018 « voire (…) à partir de 2016 », éléments qui sont en contradiction avec les déclarations de Monsieur le Préfet.

Ses déclarations se basent sur les données du Pacte électrique qui datent de 2008. De ce fait, le Collectif GASPARE réitère, ici, officiellement, sa demande de moratoire concernant le projet de CCCG en Bretagne et de réactualisation du Pacte électrique d’après les dernières données institutionnelles.

D’autre part, GASPARE constate et déplore que Monsieur le Préfet ne réponde pas à la question sur le manque de concertation et de transparence sur ce dossier. Il ne pouvait y répondre car ce n’est toujours pas à l’ordre du jour. En effet, aucun débat public, ouvert aux citoyen-ne-s à des horaires acceptables, n’a été organisé sur l’implantation d’une CCCG en Bretagne dans le cadre du débat national sur la transition énergétique qui touche à sa fin dans quelques semaines. Ce débat national ressemble de plus en plus à une coquille vide !

(*) Gaspare se plaint d’un manque de concertation et de transparence. Que répondez-vous au collectif anti-centrale ?

J’estime que Gaspare a toute légitimité pour s’exprimer sur le sujet. Le 18 avril, nous avons rencontré les responsables du collectif à la sous-préfecture de Morlaix. Nous avons repris point par point leurs arguments et les nôtres. Sur bien des sujets, on se rejoint. En revanche, nous considérons que sur d’autres, comme l’hydrolien, ils sont bien trop optimistes. Gaspare pense qu’en 2017, les hydroliennes pourront produire 150 MW. C’est irréaliste. Car la technologie est loin d’être au point. (Voir aussi revue de presse)

(**) Réseau de transport d’électricité (RTE), Bilan Prévisionnel de l’équilibre offre-demande d’électricité en France, 2012, p 127

(***) Rapport de la mission d’étude sur les énergies marines renouvelables, Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie ainsi que le Ministère de l’économie et des finances, mars 2013, p. 7

Tags: , , , ,

Comments are closed.

Recherche

Liens